ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Auteurs : soumettez
votre article en ligne

APPEL À
CONTRIBUTION

Le comité de rédaction du JESA lance un appel à proposition de numéros spéciaux.

En savoir plus >>
Autres revues >>

Journal Européen des Systèmes Automatisés

1269-6935
Revues des Systèmes
 

 ARTICLE VOL 44/2 - 2010  - pp.111-114
TITRE
ÉDITORIAL

RÉSUMÉ
Un « modèle » est la représentation mentale d’un objet ou système du monde réel et de son fonctionnement ; quand on dispose d’un modèle, on peut simuler mentalement le comportement de cet objet dans différentes situations. La modélisation s’effectue généralement avec une connotation pratique, c’est-à-dire avec un objectif particulier : un modèle est en effet une théorie orientée vers l’action qu’elle doit servir comme par exemple la surveillance d’un système. Fort de ce point de vue, un modèle peut être décliné et adapté en fonction d’objectifs particuliers. Parmi les plus importants, on peut citer ceux liés à l’analyse du système afin de décrire les interactions entre ses composants élémentaires, le dimensionnement et plus généralement la conception de systèmes à partir de spécifications de performances et de contraintes technologiques. Les modèles ainsi établis peuvent être utiles pour analyser l’incidence des défauts sur le fonctionnement d’un système, prévoir l’apparition de certaines défaillances à partir de signes précurseurs. Comme conséquence directe de la mise en évidence de défauts pouvant conduire à déceler des risques de dysfonctionnement, un modèle peut ensuite être utilisé pour concevoir des lois de commande permettant de compenser les effets néfastes de ces défauts. De façon très générale, un modèle peut servir d’outil d’évaluation de performances d’un système et par voie de conséquence d’aide à l’amélioration, voire à l’optimisation de ces performances en synthétisant des lois de commande appropriées. Enfin, notons qu’un modèle ne peut, en général, répondre à l’ensemble des objectifs précédents et s’il a été conçu dans un objectif de conception de système par exemple, il peut se révéler inadapté à la synthèse d’une loi de commande. Cette vision explique la diversité des points de vue et la conférence MOSIM 2008 a mis en relief cette richesse en partie retranscrite dans ce numéro spécial consacré essentiellement à la modélisation de systèmes. Dans la conférence MOSIM, bien que les systèmes à événements discrets soient largement présents, les systèmes continus sont aussi abordés et l’on note une préoccupation croissante pour les systèmes hybrides, illustrant le fait que dans la pratique aucun système n’est complètement continu ou événementiel. Les modèles s’en trouvent ainsi forcément plus complexes, mais donnent une image plus réaliste du fonctionnement des systèmes. Chacune des communications sélectionnées particularise, à sa manière, cet aspect modélisation, que celui-ci soit dévolu à un problème de commande, de diagnostic, de simulation, de conception, voire dans des cas plus complexes à un couplage de deux problèmes.

AUTEUR(S)


LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
GRATUIT
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (72 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier