ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Auteurs : soumettez
votre article en ligne

APPEL À
CONTRIBUTION

Le comité de rédaction du JESA lance un appel à proposition de numéros spéciaux.

En savoir plus >>
Autres revues >>

Journal Européen des Systèmes Automatisés

1269-6935
Revues des Systèmes
 

 ARTICLE VOL 42/9 - 2008  - pp.1057-1060
TITRE
Sommaire - Éditorial

RÉSUMÉ
Autrefois cantonnés dans des fonctions mineures, souvent simples, les systèmes temps réel étaient pour la plupart construits au-dessus de plateformes spécifiques, tant matérielles que logicielles, et pour lesquelles il était possible, sinon simple, d’appréhender la problématique du temps. C’était par exemple le cas, dans le domaine de l’avionique, des systèmes embarqués « anciennes générations » qui reposaient sur des architectures fédérales, constituées de calculateurs dédiés, souvent simples, hébergeant des systèmes d’exploitation, également souvent simples (voire inexistants), et exécutant en boucle des séquences de traitements (des tâches d’asservissement par exemple). La vérification et la certification de ces systèmes pouvaient alors être réalisées élément par élément, puis sous-système par soussystème, et surtout point de vue par point de vue. En particulier, leur comportement temps réel pouvait être spécifié, réalisé, et validé séparément par des analyses et des implantations dédiées.
Or, l’apparition de nouveaux besoins (par exemple l’embarquement de fonctions de gestion des pannes et de reconfiguration, le contrôle actif de structures instables et souples…) conduit à l’accroissement de la complexité et de l’intégration des fonctions, et par suite à une dépendance plus complexe entre les points de vue fonctionnels et temps réel. Cette évolution se généralise dans tous les secteurs. Toujours pour prendre l’exemple de l’avionique, on peut citer le développement de l’avionique modulaire intégrée des Airbus A380 et Boeing B777 se substituant progressivement aux architectures fédérales. La même évolution peut être observée dans les architectures automobiles, spatiales… Les fonctions, toujours plus interdépendantes, sont désormais intégrées autour d’infrastructures matérielles et logicielles partagées et complexes, reposant sur des systèmes d’exploitation, des middlewares, et des réseaux temps réel. La spécification, puis le test ou la vérification de tels entrelacs deviennent alors des tâches ardues, qui ne peuvent plus se contenter d’une modélisation/vérification séparée élément par élément et point de vue par point de vue. Le problème de la spécification et de la validation globale de systèmes et d’architectures temps réel est désormais posé comme un enjeu bloquant pour le développement des futurs systèmes critiques.
[...]

AUTEUR(S)


LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
GRATUIT
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (113 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier